Symposiums

27 - 28 mai 2011 | Libreville, Gabon

Drépanocytose et maladie infectieuses.

Placé sous le haut patronage de la Première Dame du Gabon, Mme Sylvie Bongo Ondimba, le 2è symposium international de la drépanocytose organisé par le Réseau d'Etude de la Drépanocytose en Afrique Centrale (REDAC), s'est tenu à Libreville (Gabon) du 27 au 28 mai 2011 dans la salle des congrès du Parlement Gabonais. Ce deuxième symposium faisait suite au symposium inaugural du REDAC qui avait eu lieu en 2010 à Kinshasa (RDC) et était organisé par le Centre de Formation et d'Appui sanitaire (CEFA).

Le titre du symposium était "Drépanocytose et maladies infectieuses".

La session a été ouverte par le Professeur Léon Tshilolo du CEFA qui a présenté différents mécanismes qui expliquent la susceptibilité des drépanocytaires vis-à-vis des infections, ainsi que l'interaction de l'allèle Hbs avec le paludisme et l'infection à VIH. Il a souligné la nécessité de travailler en équipe, en réseau et montré que le REDAC s'inscrit dans cette démarche en particulier avec les pays de l'Afrique centrale particulièrement touchés par la forme grave de la drépanocytose liée à l'haplotype bantou ou centrafricain. Le Dr Julie Makani de Muhimbili Hospiotal (Tanzanie) a démontré à travers une étude menée à Dar es Salam que la malaria est une cause majeure de morbimortalité chez les drépanocytaires. Cette étude a révélé que la prévalence de la malaria en hospitalisation était de 3% chez les drépanocytaires.

Dans la session " drépanocytose et santé", le docteur Gisèle Kazadi du Centre Hospitalier Monkole a montré que la mortalité due au paludisme est plus lourde dans le groupe des drépanocytaires par rapport aux témoins non drépanocytaires (5,4% vs 2%). Le docteur Bertin Kadima des Cliniques Universitaires de Kinshasa a présenté une étude portant sur la drépanocytose dans les urgences transfusionnelles en milieu d'endémicité palustre, étude menée au Centre Hospitalier de Kingasani à Kinshasa (RDC), qui a montré que les enfants drépanocytaires sont les sujets les plus transfusés donc, les plus à risque de contamination en regard d'unité de sang insuffisamment traitées pour le risque infectieux et particulièrement viral.

Dans la session drépanocytose, VIH et autres infections virales et bactériennes, les drépanocytaires sont des sujets à risque de contamination par le VIH en raison de multiples transfusions sanguines, et d'injection souvent non contrôlées dans les urgences, ou encore, pour le nourrisson, l'exposition à la transmission verticale, nombreuse dans notre région.

Le docteur Baron Ngasia du CEFA a présenté un travail réalisé à Kinshasa sur le diagnostic rapide de la méningite à pneumocoque chez les drépanocytaires par le "Binax test" qui a permis de montrer, dans 25% des cas, la présence de Streptococcus pneumoniae chez les enfants âgés de moins de 3 ans.

REDAC – sickle cell disease