Symposiums

18 - 22 février 2013 | Fort de France, Martinique

Rendu du IIIè congrès de la drépanocytose en Martinique.

Le samedi 30/03/2013, au CEFA, la PAFOVED a organisé une conférence sur le «Rendu du IIIè congrès de la drépanocytose», qui a eu lieu à Fort de France en Martinique, du 18 au 22/02/2103.

Le Pr Léon TSHILOLO, le Dr Baron NGASIA et le Dr Jean Bonny NSUMBU, tous ayant part à ce congrès, ont restitué l’essentiel des communications scientifiques qui y ont été présentées.

Le Pr Léon TSHILOLO, pour sa part a rappelé que la drépanocytose est une maladie systémique et complexe, greffée des complications des plusieurs organes du corps, mais aussi du psychique du patient et de son entourage. Cette maladie étant la premiere maladaie monogénique dan le monde, requiert une recherche multidisciplinaire, en plus du concours des autorités politiques et des décideurs, pour bien mener la lutte et assurer de meilleures conditions de vie aux patients drépanocytaires.

Il a ajouté dans sa communication que les avancées de la recherche sur la drépanocytose vont guider notre regard sur cette maladie. Parmi les communications sur les recentes recherches, il a présenté les résultats des travaux réalisés par l’équipe de l’INSERM France conduite par le professeur Jacques ELION, démontrant que des nombreux micropartciules produits aucours des crises occlusives drépanocytaires notamment lors des phénomenes d’adhérence diminués voir disparaissaient sous hydroxycarbamide, laquelle molecule est utiliisée pour son action sur la production de l’hémoglobine foetale qui empeche la falciformation des globules rouges. Il a aussi relevé que la drépanocytose présente les mêmes mécanismes physiopathologiques du phenomène d’adhérence que la malaria cérébrale.

  • Le Dr Jean Bonny NSUMBU a présenté les résultats du dépistage néonatal de la drépanocytose en martinique, retracant sa situation géographique et épidémiologique et celle des autres îles environnantes (Guadeloupe, Jamaïque…), où le dépistage datant de très longtemps est effectué
    systématiquement sur tous les nouveau-nés.
  • Le Dr Baron NGASIA s’est penché sur l’importance et le mecanisme d’action de l’hydroxycarbamide qui augmente la synthèse de l’hémoglobine foetale chez les drépanocytaires, améliore ainsi la morphologie des globules rouges, permettant une meilleure circulation du sang en diminuant les
    molecules adhésives, polynucleaires neutrophiles et autres facteur de viscosité sanguine et réduit ainsi les crises vaso-occlusives.

Il a également parlé de l’efficacité du programme transfusionnel qui diminue les risques d’AVC chez les drépanocytaires, ayant des valeurs anormales au doppler transcranien (DTC) malgré que cela comporte des risques post transfusionnels élévés notamment la surcharge en fer et autres affections
virales en plus du risque d’allo immmunisation.

Ce rendu a suscité, plusieurs questions lors de la séance des questions- réponses. Certaines questions avaient porté sur les dispositions légales prises par l’état Congolais sur la prise en charge gratuite des drépanocytaires en RDC, le Dr Patricia FOTTO, Directrice du Programme National de Lutte Contre la Drépanocytose (PNLCD), présente, a annoncé qu’un député national, qui est confronté au problème de la drépanocytose dans sa famille, a promis que si un projet de loi est initié dans ce sens, il va le soutenir au Parlement.

  • Le Dr MPIA a annoncé qu’il a élaboré un projet d’intégration de la prise en charge de la drépanocytose au Centre Neuro-Psychopathologique de Kinshasa (CNPP), en menant une étude sur les troubles neurocognitifs qu’on observe chez les enfants drépanocytaires, projet pour lequel il compte collaborer avec le Centre de Médecine Mixte et d’Anémie SS de Yolo (CMMASS) et le CH Monkole.

Le Pr TSHILOLO lui a répondu qu’un tel projet est valable, mais qu’il ne doit pas se limiter seulement à une étude purement scientifique, sans rendre un service réel et assurer le suivi qui peut apporter un soulagement aux malades.

Débutée à 11heures, cette conférence a pris fin à 13 heures 10, par un cocktail offert aux 30 participants.

REDAC – sickle cell disease